NANS-LES-PINS – LES 4 CHÊNES, LA STE. BAUME (Rando sportive)

10
Jan 2016
Dimanche

Nans
21 km – D4 – Dénivelé 670 m
RDV parking des Cerisiers 7h45

9 participants
temps mitigé

photos de Martine T.

Le petit billet relatant la rando de dimanche, une rando trop intello pour un compte rendu simple,
Justifiant de mon nouveau titre : “TER”, j’arrivais 3 mn après l’heure de départ du parking (8h03 pour nos amis des randos non sportives, il ne peuvent pas comprendre sinon).
Gaby était au téléphone en négo avec Andrée pour définir notre destination : Mer ou Ste Baume. J’osai un commentaire auprès de notre boss par intérim (Michel, fait gaffe ta place de N°1 de notre groupe semble très convoitée : Sainte Baume + Andrée = rando pluie ou brouillard ou neige ou orage ou un mixte des précédents qualificatifs. Une fois encore, personne ne cru à ma théorie (je rappelle que la définition d’une théorie est qu’elle reste valable tant que les faits ne l’on pas démentie ce qui est donc bien le cas) et nous voila partis chez Andrée comme point de départ à pied. Une fois arrivée, Andrée nous offre le café ce qui ne va pas manquer d’alerter le chat de garde et réveiller par ricochet notre brûleuse de gâteau préférée (Béa).
Nous partons donc, empruntant très rapidement un chemin, direction? he bien je suis bien embêté : est ce que je ne me rappelle plus ou bien n’étions nous pas dirigés? Ah oui cela me reviens, c’était direction une antenne au sommet de la montagne en face. En tout cas ceci ne nous a pas arrêté et nous avançons sur un bon tempo. Nous franchissons les premières côtes, déposons les premières couches de vêtements chauds au vu de notre activité. Le brouillard s’intensifie mais le paysage au loin est d’autant plus magnifique car nous ne ne pouvons voir la vallée. Ce sera notre vue sur la mer de nuages. La bonne humeur est présente et faute d’objectifs, Gaby nous fait un cours sur des dignes : la clé nous donne la direction de Rome et la Coquille, celle de Compostelle. Nous prenons direction Rome, l’espoir faisant avancer.
Après quelques hésitations et retour arrière, nous nous retrouvons aux 4 Chênes et là, avec nos 5 spécialistes des cartes et autres GPS (groupe qui représente maintenant 60% de nos effectifs et dont je fait maintenant parti) nous décidons de prendre le chemin rouge, sachant que d’après le point rouge du GPS et le tracé noir de la carte (qui se retrouve entre les mains de Didier, détail de la plus haute importance pour la suite), nous devons prendre des chemins noirs en trait plein et traits pointillés.
Andrée commence à tracer la route mais notre ami Didier, la carte à la main se sent libre. Il est libre Didier dans cet espace sans limites et commence à nous diriger à travers les bosquets et les rochers. Nous commençons à sortir de tout tracé suivant notre insouciante Morgane, n’ayant que comme objectif ce rapproché visuel de la Ste Baume pour rejoindre le chemin rouge.
Il y a longtemps que nous n’avons pas parlé météo, et une fois encore, ma théorie se révèle exacte : nous passons très rapidement du soleil aux nuages et au froid. Nous nous rapprochons inexorablement du chemin rouge, sauf que après avoir franchi une barrière nous amenant dans une propriété privée (glacières proches de Mazaugues que nous avions visitées lors d’une précédente rando) nous avons droit à un orage : ce n’est pas de la météo. C’est psychologique. Le groupe se scinde en 2 : les pro Didier, notre nouveau guide (he oui Michel, be careful, ton retour va être délicat) et les opposants au passage au sein de la propriété privée.  Et la, nous passons au stade de l’orage familial. Patrick le téméraire (il souhaite braver le propriétaire s’il se présente) appelle Thérèse pour lui expliquer que cela peut passer et qu’il faut nous rejoindre. Andrée essaie de recoller le groupe. Et la le DIEU EENNODNAR frappe très fort. Il intime contre son gré à Patrick d’interrompre sa conversation avec sa dulcinée qui s’exécute immédiatement (Patrick, tu vois que je te rattrape le coup !!!) pour nous sauver.
Nous nous rejoignons tous sur la route et décidons de revoir nos ambitions en prenant un chemin plus à notre portée. Au cas ou ce ne serai pas clair, le Dieu et ami de Andrée nous fait tomber une vague de froid pendant notre repas. Nous mangeons très vite afin de nous réchauffer en marchant de nouveau.
Le chemin du retour est également magnifique avec les falaises de la Ste Baume et le soleil qui revient au fur et à mesure que nous nous éloignons de la montagne du copain d’Andrée (encore une fois merci) et qui éclaire d’une belle lumière la vallée environnante de NANS.
La descente est pierreuse et le retour sur NANS très sympa et ce d’autant plus que, fidèles à leurs bonnes habitudes, Andrée et son amie, brûleuse de gâteaux, nous reçoivent chaleureusement : encore merci à nos hôtes réguliers.
Bilan de cette rando ou il a fallu réfléchir à plusieurs pour définir un circuit : 21km, 600m de dénivelé et plein de rigolades. Pas mal pour des sportifs qui se veulent maintenant intellos mais qui restent superstitieux vis à vis du DIEU de cette montagne.
J’hésite malgré tout à qualifier cette rando de sportive:
-certes Martine a eu le nez qui a coulé (premier critère pour qualifier de sportive une rando)
-mais nous n’avons pas eu à pousser les fesses de ces dames pour escalader (deuxième critère pour qualifier de sportive une rando)
Je propose donc le terme à notre président de rando intello qui devrait donc maintenant pouvoir se joindre à nous.
Jean-Michel, le 11 janvier 2016

Animateur : Michel
Andrée, Gaby & Patrick

Touzazimuts83