VINON-SUR-VERDON (Ra. douce) // ST. CYR-SUR-MER – LA MADRAGUE-BANDOL (Ra. sportive)

24
Jan 2016
Dimanche

Vinon
RANDO DOUCE

12,5 km – D1 – Dénivelé 70 m
RDV parking des Cerisiers 8h45

17 participants
très beau temps

Nous étions 17 à l’appel ce matin sous le soleil.
Un peu frisquet au départ mais très  vite la température à grimpé grâce à l’astre solaire !!!
Départ de Vinon-sur-Verdon, nous avons traversé une belle petite forêt puis nous avons longé la rivière le Verdon qui coulait tranquillement à nos pieds.
La bonne humeur était présente, tout le monde était en forme.
Martine et Gérard, qui n’avaient plus randonné depuis quelques temps, étaient ravis de cette belle ballade.
Puis vers midi nous avons traversé le Verdon, de grosses pierres étaient posées là, comme par hasard,  pour nous éviter d’avoir les pieds mouillés.
De l’autre côté de la rive, en plein soleil,  nous avons trouvé un joli petit coin pour pique-niquer, discuter et faire la sieste pour certains. Moment très agréable.
Un peu plus tard nous avons repris les chemins et avons longé à nouveau le Verdon, au loin nous avons aperçu les constructions de Cadarache et les immenses grues, quel chantier !!!
Dans l’après-midi, nous sommes arrivés dans un endroit un peu ombragé, oui, oui, nous avons cherché l’ombre un petit moment !!!
nous avons fait une pause et Annie à déballé un gâteau au yaourt fait maison que  nous avons tous dégusté avec appétit.
Même les « randos douces » çà creuse !!! enfin je dirais plutôt que c’était de la gourmandise !!!
Puis tranquillement retour aux voitures toujours sous le soleil.
Une nouvelle fois nous avons passé une très belle journée, très conviviale et appréciée par tous.
A très bientôt, pour la prochaine « rando douce »
Josiane, le 24 janvier 2016

Animateur : Christian T.

*************************************
Bandol
RANDO SPORTIVE

20 km – D3 – Dénivelé 700 m
RDV parking des Cerisiers 7h45

9 participants
beau temps

Les réveils n’ont pas sonné chez certains ce matin et malgré les yeux gonflés par le sommeil, les fidèles sont la.
Les parebrises sont verglacés et ça caille dur sur le parking .
Annick a voulu voir la mer et elle a vu la mer.
Tout le monde veut en découdre avec le sentier.
Une petite heure de voiture et on se gare sur le parking de la Madrague. On attaque direct par un sentier caillouteux, racineux, glissant parfois à cause de l’humidité ambiante. Mais tout le monde a le pied marin. On enchaine les petites criques, l’eau calme et turquoise tente quelques uns ( mais d’en haut, on le sait tout est plus beau). C’est beau et magique. Et le soleil apparaît, c’est encore plus beau et plus magique. Il fait chaud, on tombe les couches.
Le rythme est soutenu malgré le terrain chaotique mais nous progressons sans difficultés.
Les pins d’Alep sculptés par le vent nous offrent un paysage époustouflant.
Port d’Alon nous accueille pour le repas de midi. Pour le confort des fessiers le groupe se sépare. Les uns sur les gros rochers , les autres sur les petits cailloux tout doux.
La s’installe ” chef Andrée”, le soleil si ardent jusqu’à présent commence à disparaître derrière de gros nuages. La rumeur de la malédiction serait elle vraie? Ben oui! Les vestes refont leur apparition et les baigneurs si tentés du matin repoussent leurs pulsions de baignades.
Dommage, ils n’avaient pas de maillot, on ne verra pas les baleines blanches aujourd’hui.
Heureusement, le pain d’épice d’Andrée nous réconcilie avec les événements.
Nous repartons en direction de Bandol et le soleil refait son apparition alors les vestes à nouveau retournent dans les sacs à dos.
Nous longeons la côte ou des maisons magnifiques stimulent nos rêves. Nous ne manquons pas de critiquer le mauvais goût de certains propriétaires. Ah! Ah! Faut bien dire quelque chose!
Bandol est à nos pieds mais nous n’irons pas au centre ville. On fait demi tour et à Port d’Alon, on emprunte le chemin des vignes.
Et là sans savoir pourquoi, un groupe se détache, le rythme s’accélère franchement.
Seraient ils énervés?
Seraient ils contrariés ?
Auraient ils consommés des pruneaux aromatisés aux substances illicites ?
On ne comprend pas. On les garde en point de mire un moment, puis ils disparaissent totalement.
Une demi-heure plus tard on retrouve la veste de Jean Michel accrochée à un poteau indicatif…
Se seraient ils évaporés?
Serait-ce un signe ou un code pour nous faire comprendre quelque chose?
Serait-ce un kidnapping ?
On récupère la veste et nous nous lançons à leur recherche. Personne, personne, personne…
Inquiets, nous arrivons à la Madrague et nous retrouvons au premier bistrot les assoiffés du jour.
Mais alors, on ne vous a pas kidnappé, Jean Michel ta veste n’était pas un code secret… La déception est là mais ils sont VIVANTS!
Nous aussi on a soif et nous nous joignons à eux. ” Chef Andrée s’installe et la malédiction refait surface. Le soleil à nouveau disparaît derrière les nuages et les vestes ressortent des sacs… On commence à la regarder avec le mauvais œil!
Alors le groupe des disparus, êtes-vous passé sous le tunnel végétal?
Ah! Non!
Avez-vous vu la ferme du XVI éme siècle ?
Ah! Non!
Et le champ d’orchidées ?
Ah! Non!
Mais par où êtes vous passés ?
Par le chemin des Vignes, chemin rose!
Mais nous aussi mais c’est le chemin bleu?
Le groupe des disparus seraient ils daltoniens?
Les échanges vont bon train, les rires fusent, les moqueries, les contraires, les incompréhensions et les constatations font débat.
Le mystère restera entier, nous quittons la Madrague heureux.
C’était bien,
C’était beau,
C’était plein d’amitiés.
Nathalie, le 25 janvier 2016

Animateur : Gaby
Andrée, Patrick

 

Touzazimuts83